PORTE DE VINCENNES

Centre sportif et résidence étudiante de 150 logements 

Porte de Vincennes

 

 

LOCALISATION : ZAC de la Porte de Vincennes, boulevard Carnot, Paris XII (75)

 

MAÎTRISE D’OUVRAGE : Groupement de commande SEMAPA & LOGIS-TRANSPORTS (maîtrise d'ouvrage déléguée SEDP)

 

EQUIPE DE MAÎTRISE D’OEUVRE :

Thibaud Babled Architectes Urbanistes, (manadaitres) architectes de l'équipement sportif, K Architectures, architectes de la résidence étudiante (cotrataitants), 

VOEAS, EVP INGENIERIE, ELEMENTS INGENIERIES, ACV

 

SURFACE :

7300 m² SDP dont 2500 m² pour l'équipement sportif et 4300 m² pour la résidence étudiante

 

COÛT PREVISIONNEL :

10 500 000 € HT (équipement sportif) et 8 500 000 € HT (résidence)

 

CALENDRIER :

Concours 2016

 

La situation urbaine, prise entre l’ambiance d’un coeur d’îlot et l’animation hétérogène d’un carrefour faubourien nous ont suggéré les principales configurations de notre projet :

L’angle de la rue de la Réunion et de la rue des Orteaux est à l’image des paysages populaires parisiens, de leur complexité : Une diversité d’expressions architecturales s’y rencontre, issue des 4 rues. L’architecture que nous proposons veut participer à cette animation urbaine générale. Sa présence s’y manifesterait par des façades changeantes au gré des usagers, par le mouvement des fenêtres, des stores, par la diversité colorée provenant des arrière-plans domestiques. L’expression ainsi produite affiche alors une certaine évidence : simple expression de sa construction, doublée du jeu des proportions ajustées aux immeubles voisins, puis la qualité précise de l’enveloppe en double peau, ses matériaux : menuiseries aluminium cuivré au premier plan, bois brut naturel protégé en second plan. Ce caractère hybride se manifeste en approchant d’avantage jusqu’à emprunter le passage intérieur de la cour ; la perception change encore et évoque alors la présence toute proche du coeur d’îlot :

- un mur végétalisé marque l’entrée et annonce les cours-jardins,

- la succession décroissante des volumes, leurs facettes, le rythme et la légèreté des menuiseries suspendues au-dessus du jardin suggèrent la proximité des façades d’ateliers.

Ainsi, dans l’intervalle de plusieurs corps de bâtiments, s’ouvre un lieu plus privé, une courée-jardin domestique, tournée sur le coeur d’îlot.

 

L’ilôt I constitue, au sein de la ZAC de la Porte de Vincennes l’un des principaux sites de renforcement des continuités entre Paris et ses élégantes voisines - Vincennes et Saint Mandé, l’un des principaux sites d’effacement de la césure du Boulevard Périphérique.
L’axe des avenues Courteline et Victor Hugo forme un tracé décisif reliant la densité toute proche de la ville dans ses «murs» - le Paris «intramuros» - aux premières frondaisons du bois de Vincennes, que l’on voit poindre sitôt franchi le Pont Courteline, à quelques centaines de mètres à peine.
Renforcer ce lien intercommunal, franchir l’espace jusqu’ici indécis reliant le boulevard des Maréchaux à Saint Mandé, suppose de créer localement une véritable séquence, susceptible d’absorber les nuisances du périphérique et de qualifier les espaces urbains qui jalonneront cette transition.
Dans le même temps, l’opportunité rare de construire simultanément en lisière et en pont sur le Périphérique convoque une autre échelle de perception, place le projet dans une situation de visibilité métropolitaine, en contact direct avec le fracas urbain nourri par l’intensité des flux parcourant le ruban tumultueux du périphérique.

 

Notre proposition choisit de concilier plusieurs lectures et plusieurs échelles, cherchant :
- l’affirmation claire depuis les lointains du front protecteur de la résidence et de la typologie de pont habité, caractérisant l’architecture du centre sportif.
- la relation harmonieuse des volumétries des deux programmes du lot I avec celle de l’hôtel Meininger qui bordera bientôt le Boulevard Carnot.
- l’équilibre de la silhouette émergente de la résidence étudiante avec le contour unitaire du centre sportif tendu entre les deux rives du Périphérique.
- la constitution d’une séquence urbaine pacifiée et accueillante, animant la rive nord du Pont Courteline.
- La mise en oeuvre d’une connectivité écologique optimale destinée à l’échelle de l’Est parisien à consolider la relation entre Paris le Bois de Vincennes.