SAINT-JEAN DE LUZ - ELGAR

Construction de 185 logements locatifs et en accession à Saint-Jean de Luz

Site Elgar

 

H&E PROFIL A / RT2005

BBC / LABEL PROMOTELEC

 

 

LOCALISATION : Saint Jean de Luz (64)

 

MAÎTRISE D’OUVRAGE : Office 64

 

EQUIPE DE MAÎTRISE D’OEUVRE :

Thibaud Babled Architectes Urbanistes, Patrick Arotcharen Architecte mandataire (en charge des logements locatifs), Rémi Algis/ Pays Paysage Paysagistes

BET TCE : Cetab

 

MISSION : Base loi MOP + SYN

 

SURFACE :

Surface Habitable Logements: 12977 m²

dont surface habitable accession : 6476 m²

Surface Aménagement: 24 225 m²

 

Coût Prévisionnel :

17 130 000 € HT

 

UN PROJET ADAPTE AU SITE 

À peine a-t-on quitté le tracé de l’ancienne nationale 10 et le ballet incessant du trafic qui l’anime, le contraste est là, le changement radical. Le chemin d’Erromardie prend soudain une allure champêtre et le rythme soutenu de l’axe routier s‘estompe en longeant la tranchée arborée du chemin de fer. Ultime ramification avant de dévaler la pente menant à la mer, l’allée Ximista nous révèle bientôt un plateau ondulé.

Cette profonde langue de terre dominant les alentours nous met en relation avec des horizons lointains : coteau aux lotissements épars vers l’Ouest, émergence boisée de la pinède vers l’Est. En regard, la Rhune et le doux profil des premiers accotements des Pyrénées répond au sud à l’horizon maritime que l’on découvre en cheminant dans la profondeur du site vers le nord. À l’ondulation généreuse du plateau, se superpose une trame régulière d’arbres d’alignement qui partitionne le site et guide le regard.  

 

Cette topographie et ce carroyage végétal spécifiques forment le précieux patrimoine de cette situation d’exception. C’est sur ces caractéristiques que le projet se fonde. Les bâtiments se répartissent alors en entités programmatiques cohérentes :

- leurs volumétries s’étagent au fil des ondulations de la pente.

- leurs implantations se desserrent et se disjoignent pour faire place aux continuités paysagères peuplées des lignes foisonnantes de la trame végétale existante.

Sur la crête, de simples R+1 surmontés de maisons aux volumétries indépendantes, accompagnent de façon simple et diversifiée le cheminement vers la proue du site. 

 

Étagés dans la pente du vallon déclinant vers l’Ouest, les volumes de l’habitat collectif se disposent plus librement, pour s’ancrer avec précision puis se détacher progressivement du plan ondulé du vallon. Disposés en quinconce, les édifices adoptent de subtiles variations d’orientation et délimitent ainsi des espaces paysagers continus et sans rigidité. Passant le point culminant du site et le dernier bâtiment collectif, on découvre la proue du site occupé par les logements individuels, situés en contrebas. En prolongement de la limite Est du terrain et suivant la topographie, c’est un motif d’éventail qui permet aux logements individuels de se déployer.